Je suis poésie
Bienvenue sur Je suis poésie.
N'oubliez pas de vous présenter et de mettre un avatar avant de poster vos textes.
Merci à vous !

tranche de vie ou quand j'ai le nez fin

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

tranche de vie ou quand j'ai le nez fin

Message par missfit le Jeu 10 Sep - 19:58

Là tout de suite, à l'instant présent, au mépris de la bienséance , je me gratte le bout du nez d'un air nonchalant, presque absent, afin qu' autour de moi, l'on ne s'aperçoive de rien. Bon, il n'y a personne réellement autour de moi dans la pièce contiguë où je me trouve présentement, à part moi même dans le grand miroir ornant le mur, où je ne manque pas de me jeter un clin d'oeil avide mais discret, on ne sait jamais, et le geste de grattage de nez que je souhaite invisible, bien qu'incongru, est en fait une véritable stratégie pour y enlever un bout d'algue humide qui ose défigurer l'équilibre de mon visage. Tout cela est bien dérisoire mais il est de mon devoir d'être humain de m'y atteler . Tandis que d'autres se battent pour leur survie, moi, je me bats contre un bout d'algue, chacun son combat. Je sens les critiques sournoises et pernicieuses affluer et je les accepte avec humilité mais je sens aussi un élan de compassion de la part de toutes les femmes un peu volages qui ont un jour trouvé difficile de virer un bout d'algue de leur nez sans en avoir l'air. Surtout lorsqu'elles sont attachées à un radiateur en fonte, assise par terre, de leur propre fait en plus, ouais, je me suis attachée seule au radiateur en fonte de la salle à manger et j'ai pris soin de jeter la clé des menottes par la fenêtre opportunément ouverte, j'ai aussi posé sur ma bouche un grand bâillon afin de ne pas pouvoir exprimer à haute voix mon désarroi et crier « au secours » , au cas où une âme charitable égarée dans le coin, se serait sentie envahie d'un sentiment d'altruisme « oh, allons aider cette pauvre créature dans le besoin », c'est un peu la mode en ce moment, donc, j'ai bien calculé mon coup, je suis seule, face à moi même, arrimée à un radiateur de taille imposante que même un jeune mâle musclé à la protéine ne pourrait pas soulever, et ayant ainsi tout le temps du monde à disposition, je réfléchis. A quoi ? Me direz-vous. Hé bien ,je tente vaguement de m'en souvenir, et je ne m'en souviens plus. Je ne sais plus pourquoi j'ai voulu m'attacher à un radiateur en fonte que même un jeune mâle musclé à la protéine ne pourrait pas soulever (bis) , sauf que c'était vachement important. Une importance capitale même. En tous cas, avec ma seule main de libre comme l'air, j'ai enfin réussi à retirer de mon tarin ce bout vert et humide qui en ornait le bout et que l'on utilise apparemment dans certaines salades et mets délicats, mais je suis toujours ligotée au truc lourd qui chauffe nos os l'hiver. Jusqu'à quand ? Dieu seul le sait ainsi qu'un de mes fils qui finiront par s'inquiéter de mon absence...ah, ça y est, ça me revient : c'était pour éviter de dire et faire des âneries que forcément j'aurai regretté plus tard si je les avais faites...Tout a une logique . Elle est pas belle la vie ?
avatar
missfit

Messages : 27
Date d'inscription : 17/03/2015
Localisation : albi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum